Marie Curie pendant la Grande Guerre

Marie Noëlle Himbert, journaliste et documentariste, propose chez Actes Sud un portrait de Marie Curie (Pologne, Varsovie 1867 – France, Passy 1934) pendant la Première Guerre mondiale.

« Marie Curie était une femme insaisissable, cadenassée. Le récit de ses activités, parfois clandestines, durant la Première Guerre mondiale, éclaire d’un jour nouveau la face méconnue de ce personnage célèbre : son engagement et son humanité.
En août 1914, Marie Curie est une femme seule. Ses découvertes, ses deux prix Nobel sont derrière elle, et son époux Pierre est mort depuis huit ans. Ce qu’elle va entreprendre durant ces quatre années de guerre, sur les lignes de front, au plus près des blessés, la rappelle à la vie.
Elle fait acheminer vers l’avant, malgré le risque et contre les autorités, le matériel et les techniques des rayons X qui vont permettre la localisation, et donc l’extraction, des éclats d’obus.
Mais pour y parvenir, il lui faut tricher, défier les règles, se battre, et oser emmener sa fille Irène, dix-sept ans, sur les routes en guerre, puis la lâcher, seule, dans des hôpitaux de l’avant » (présentation de l’éditeur).

 

Marie Curie

Voir la chronique de L’Express.

Marie Curie, portrait d’une femme engagée 1914-1918, Marie-Noëlle Himbert, Actes Sud, novembre 2014

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire