La nuit des Juifs-vivants

Les éditions L’Antilope publient pour la première fois en français un roman d’Igor Ostachowicz : La nuit des Juifs-vivants traduit du polonais par Isabelle Jannès-Kalinowski.

Varsovie, années 2010. Sous une trappe au fond de sa cave, un couple découvre les zombies de Juifs assassinés pendant la Deuxième Guerre mondiale. Des centaines d’ombres en guenilles sortent de sous la terre et réinvestissent leur ville lancée dans la frénésie consumériste.
La nuit des Juifs-vivants ose soulever une question refoulée : comment vivre au-dessus des cadavres des trois cent mille Juifs du ghetto de Varsovie exterminés ? Avec ce roman à l’humour féroce, l’auteur se livre au passage à une critique à la tronçonneuse de la société polonaise contemporaine. (présentation de l’éditeur)

« Et qu’est-ce que vous faites de tous ces prépuces ? je demande méfiant.
– T’inquiète pas, on ne gâche rien, mange ta soupe.
Vomir, c’est pas beau, donc je me retiens vaillamment, et lui, il rigole. C’était peut-être une plaisanterie. Mais où est-ce qu’on trouve des calamars dans les égouts ? je me demande en extirpant avec la langue des restes de fibres coincés entre mes dents. J’essaie de sourire mais mon visage se tord et je sens la salive s’accumuler.
 »

La nuit des juifs vivants

La nuit des Juifs-vivants, Igor Ostachowicz traduit du polonais par Isabelle Jannès-Kalinowski, L’Antilope, septembre 2016

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire