La fiancée de Bruno Schulz

Les éditions Grasset continuent à traduire l’oeuvre d’Agata Tuszyńska, écrivain et journaliste polonaise. Après Une histoire familiale de la peur (2006), Exercices de la perte (2009) et Wiera Gran, l’accusée (2011), voici La fiancée de Bruno Schulz, qui tente d’approcher le célèbre écrivain par la voix de Juna, jeune professeur de lettres qui fut sa compagne de 1933 à 1937.

« Józefina Szeliska, dite Juna, fut entre 1933 et 1937 la fiancée de Bruno Schulz, peintre et écrivain de génie, âme tourmentée, assassiné en 1942 dans sa ville natale de Drohobycz, en Pologne. Elle fut sa compagne et sa muse. Mais Bruno Schulz était incapable d’aimer, sinon de vivre. Accaparé par sa seule véritable passion – son œuvre –, il devait inexorablement s’éloigner de Juna, et du monde. Elle ne l’oublia jamais, et continua de vivre avec son fantôme jusqu’à sa propre disparition, en 1991. De cette histoire, elle ne dit rien, à personne, pendant près d’un demi-siècle. Après guerre, à la rubrique “état-civil” des formulaires, elle écrivait : “seule”. Voilà pour les faits. Tout le reste n’est que le jeu de l’histoire, de la mémoire et de l’imagination. » (présentation de l’éditeur).

Agata Tuszynska

Ce livre est retenu dans les sélections des prix Fémina et Médicis 2015.

La fiancée de Bruno Schulz, Agata Tuszyńska traduite du polonais par Isabelle Jannès-Kalinowski, 400 pages, 22€

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire