Iwona Chmielewska

Iwona ChmielewskaIwona Chmielewska est une illustratrice et auteur de livres pour la jeunesse, diplômée de la faculté des Beaux-Arts de l’université Nicolas Copernic de Torun. Née en 1960, elle est reconnue dans son pays et à l’étranger, particulièrement en Corée et dans les pays asiatiques. Seuls deux de ses albums ont été traduits en français. Elle a été lauréate du Bologna Ragazzi Awards (qui récompense des livres jeunesse du monde entier) en 2011 pour les illustrations de l’album A House of the Mind : Maun de la Coréenne Kim Hee-Kyung puis à nouveau en 2013 pour Eyes qu’elle a écrit et illustré.

Le journal de Blumka (Rue du Monde, 2012)

Le journal de BlumkaLa petite Blumka raconte la vie ordinaire du 92, rue Krochmalna, à Varsovie, l’orphelinat fondé par Janusz Korczak. C’est là que ce médecin génial a inventé des manières originales pour apprendre et pour mieux vivre ensemble. C’est là qu’ont grandi Blumka et ses amis, là qu’ils ont été aimés, écoutés et toujours respectés. Il y avait : Zygmus, qui a sauvé la vie à un poisson argenté, Pola, qui a voulu faire pousser un petit pois dans son oreille, Chaimek, qu’une affaire de fourmis a conduit devant un tribunal, Caillou, le courageux, qui a transporté du charbon dans un pot de chambre… C’est là aussi qu’un matin de l’été 1942, les nazis ont fait monter les 192 enfants, le docteur Korczak et le personnel de l’orphelinat dans un train en direction du camp de Treblinka. Mais le journal de Blumka est entre nos mains, plus fort que l’oubli.

Quatre bols bien ordinaires (Rue du Monde, 2013)

Quatre bols, quatre demi-cercles de papier : de ce point de départ minimaliste, l’illustratrice nous fait découvrir qu’il y a des bols partout ! Les voici formant tour à tour parapluie, lune, ailes de coccinelle ou visage d’enfant. Ces variations autour du demi-cercle constituent autant d’incitations à poser un regard poétique sur le monde qui nous entoure. Mais ce livre qui apprend à observer, nous invite aussi à regarder la vie au delà des objets. La vie de ceux qui possèdent trop dans leurs bols bien remplis ou de ceux qui n’ont rien dans leurs bols vides. Par bonheur, les images et les livres servent aussi à rêver ! Et voilà, pour finir, quatre demi-cercles formant deux gâteaux ronds, que l’on peut aisément partager en huit parts égales.

Ces albums sont traduits par  Lydia Waleryszak.
 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire